Bouée au port de brigneau

C’est la tradition à l’Escale du Blavet : quand on aime on partage ! Coup de cœur, bonnes adresses, bons plans… Aujourd’hui, nous vous proposons une escale dans un petit port en Finistère qui vaut, selon nous, le détour. Comptez 45 minutes depuis l’Escale du Blavet. Avec mille autres choses à voir dans le secteur !

Pour les amateurs de randonnée

Au sud de Quimperlé, ville étape au patrimoine riche et varié, à l’orée de l’océan, à Moëlan sur mer, arrêtez-vous à Brigneau. En retrait des assauts des tempêtes, le port de Brigneau protège les bateaux de pêche et de plaisance qui s’y abritent et propose aux amateurs de randonnée une plongée dans l’histoire du patrimoine local.

À l’époque de la pêche à la sardine

« Port d’intérêt patrimonial ». Voici ce que l’on peut lire sur le grand panneau à l’entrée. A peine garé, vous ressentez une sensation de bien être. Ici, la nature est belle et vous laisse un gout de quiétude emprunt de nostalgie. De nombreux témoignages du passé y sont encore visibles : les cales de débarquement du poisson, la “vache de Brigneau” ou bouée d’eau saine qui sonnait l’arrivée de la flottille, les anciens bistrots de pêcheurs…Quand on part vers le fond de la ria, quelques épaves terminent leur vie sur la vase. Le long des quais en remontant jusqu’à la jetée, un parcours iconographique retrace l’histoire des lieux. Si vous êtes  randonneur, alors rejoignez le « sentier des petits sabots » – les souliers des sardinières battant le pavé pour venir travailler – et accédez aux ruines de la conserverie Larzul à Malachappe. avec vue panoramique sur la mer.  Car, ici, au début du XXême siècle,  à la « ruche Brigneau » était très active. On construisait des bateaux de pêche, chaloupes, cotres, misainiers. Depuis l’origine, Brigneau est associé à la pêche à la sardine ; maquereaux et thons y étaient mis en boite puis dans les années 70, ce fut une salaison de morues.

Le port de Brigneau a séduit quelques artistes

Brigneau a gagné aussi quelques galons de notoriété grâce aux artistes séduits par sa beauté discrète. Les peintres Henri Moret et Emile Jourdan (1860-1931), amis de Paul Gauguin, sont les premiers à le mettre en scène. Maurice Asselin (1982-1947) en fait également son port d’attache en immortalisant la célèbre auberge Bacon dont on peut voir une reproduction sur un panneau. L’écrivain Pierre Mac Orlan y viendra puiser son inspiration pour son roman « Le chant de l’équipage ».Tout cela est décrit lors du parcours qui rejoint la mer. À lire en famille.

Brigneau, une annexe du paradis ?

On peut poursuivre jusqu’aux plages de Trénez et de Kerfany les Pins sur le sentier des douaniers GR34. On est souvent seul. Pas de tourisme de masse par ici. Quelque soit le temps, à Brigneau on vient se ressourcer. Pas de doute, « ici, c’est le paradis » me dit en souriant une riveraine en train de jardiner. Comme si le vert et le bleu s’accordaient à merveille…

À faire à Brigneau :

Sentiers pédestres :

  • Rive droite, le sentier des petits sabots (3km/1h) et le GR34
  • Rive gauche, la balade de la maison des douaniers de Merrien à Brigneau (PR1 – 8.5km/2h30).
  • Autres sentiers à proximité : Balade de Kerfany Les Pins (PR3 – 6km/2h) et du Bélon (PR4 – 4.7km/1h30) – VTT 5 et 6

En Juillet et août, un jeudi sur deux : une promenade commentée. Gratuit. Sur réservation.